Agrégateur de contenus

Carsulae Archaeological Park, Terni

Parc archéologique de Carsulae

La Via Flaminia représente l’une des voies consulaires les plus importantes du monde romain, servant de lien entre Rome et l’Adriatique et touchant de nombreux sites et lieux dans toute l’Ombrie. Cet axe routier était si important qu’il a donné l’impulsion à la formation de nombreuses villes qui ont vu le jour le long de son tracé.

Parmi celles-ci, il en est une, à quelques kilomètres de Terni et près de San Gemini, qui, contrairement à beaucoup d’autres, n’a pas connu de continuité de vie au-delà de la période romaine : c’est la ville de Carsulae.

Les premières traces d’établissements sylvo-pastoraux remontent au IXe siècle avant J.-C., mais ce n’est qu’au VIe siècle avant J.-C. qu’elle a commencé à se développer en véritable ville, avec la construction des premiers remparts.

Avec la construction de la Via Flaminia vetus, qui a eu lieu en 220-219 avant J.-C. par le consul Caius Flaminius, à la fin du IIIe siècle avant J.-C., Carsulae prit de l’importance et commença à attirer des habitants des régions voisines. Après une période d’abandon, cette ville romaine est parvenue jusqu’à nous, conservant son image intacte, comme si elle avait été figée au moment où le dernier habitant a quitté ses murs.

Les monuments

À l’intérieur de la zone archéologique, il est possible d’admirer certains des impressionnants vestiges de monuments publics, tant civils que religieux.

Le cardus maximus, l’axe central de la ville, coïncidait avec la Via Flaminia, qui débouchait sur le forum romain par l’Arc de Saint-Damien. Ici, les pavés en pierre parfaitement conservés montrent également les sections où les canaux latéraux pour l’évacuation des eaux et les trottoirs ont été préservés. L’arc à l’entrée de Carsulae marquait également la limite entre la ville des vivants et la ville des morts, et à l’extérieur des murs, de nombreux monuments témoignent de la présence d’importantes sépultures, comme l’imposante construction funéraire qui devait appartenir à l’une des familles les plus influentes de la ville.

À proximité immédiate de la partie urbaine de la rue se trouvent deux édifices liés au divertissement : le théâtre et l’amphithéâtre, ce dernier ayant été récemment restauré. L’amphithéâtre est un bâtiment imposant qui pouvait accueillir entre 6 000 et 7 000 spectateurs.

Parmi les bâtiments publics qui surplombaient le forum, cœur de la vie publique et administrative de Carsulae, se distinguent la Basilique et la Curie, ainsi que des temples, dont le principal et les « Templi Gemini », dont les divinités restent encore inconnues à ce jour.

La ville était équipée d’un système d’approvisionnement en eau avec plusieurs citernes, dont l’une a été transformée en Antiquarium, destiné à abriter les découvertes archéologiques du site, telles que des fragments architecturaux, des terres cuites architecturales, des enduits peints et des épigraphes funéraires.

Il existait également des bains dans la ville, probablement liés à un bâtiment privé.

Le déclin et l’abandon

Après des siècles de splendeur, la ville de Carsulae a entamé un lent mais inexorable processus de déclin. La cause principale en est la perte progressive d’importance de la branche occidentale de la Via Flaminia, qui avait été la base du développement de la ville, au profit de la branche orientale. Carsulae a donc commencé à perdre son importance stratégique et, à l’approche de la chute de l’Empire romain d’Occident, plusieurs tentatives de conquête par des populations barbares ont forcé les derniers habitants à se réfugier dans des endroits montagneux plus sûrs.

La ville a été complètement abandonnée aux alentours des IVe et Ve siècles. Le seul monument postérieur est l’Église de Cosma et Damiano, construite au VIe siècle sur un bâtiment romain, probablement le macellum. L’église a ensuite été agrandie d’un portique au XIe siècle en utilisant des matériaux provenant de bâtiments romains.

Depuis le XIVe siècle, de nombreuses recherches et fouilles archéologiques ont mis au jour le site et certains de ses monuments, dont beaucoup restent encore à découvrir et à étudier : qui sait quelles merveilles cachées nous réserve cet incroyable site archéologique au charme intemporel !

Pour plus d’informations, consultez le site du Parc archéologique de Carsulae

Explorez les environs
Les principales attractions dans les environs