Agrégateur de contenus

La forteresse de Alviano

La forteresse de Alviano

Revivez la passionnante histoire de l’ancien château qui domine sur une hauteur à gauche du Tibre, parmi Orvieto et Amelia.

Le manoir, parfaitement restauré, vous accueille à l’entrée du bourg auquel a donné naissance et de tout point vous le regardez, il semble puissant comme un rocher et imbattable comme un condottiere. Son principal auteur a été Bartolomeo d’Alviano, un grand guerrier, mais aussi un célèbre architecte et homme de culture, connu à l’époque dans toute l’Europe.
Si vous voulez savoir sa vie, visitez la forteresse et le centre de documentation consacré à lui. Vous allez découvrir de bonnes.

Sur les traces de conflits, art et condottieres
Le bourg de Alviano, situé dans une enceinte de collines érodées par des ravines, il vit de son château, une pierre de l’un a créé une pierre de l’autre. La première, entre toutes, la plaça le fondateur de la famille : le comte Offredo, ami de l’empereur du Saint-Empire romain germanique, Ottone III. C’était l’an 996. Cette première forteresse marqua le début de «notre» histoire.
Avant d’entrer dans le château, faites attention aux armoiries mis à l’entrée, représentant le lion du pilori et la tête de méduse: c’est le symbole de la puissante famille qui tint la forteresse jusqu’au 1308, année où elle fut chassée par les gibelins amerini.

Mais les Alviano, même que les lions, retrouvent la possession de la propriété grâce à un autre combattant de leur race, Francesco, qui en fait sa propre résidence, toutefois il n’eut pas longévité: les Chiaravalle, puissante famille gibelin de Todi, décrétèrent sa destruction.
Le puissant manoir que vous voyez aujourd’hui est dû au fils de Francesco d’Alviano, Bartolomeo, «notre» condottiere, expert architecte militaire.
Le magnifique château qui a un plan carré avec des tours angulaires a été édifié par lui en 1495 comme une somptueuse et élégante résidence baronniale, équipée de corps de défense aux points stratégiques, selon les dispositions de l’architecture militaire créée par Leon Battista Alberti.
Vous serez agréablement surpris de la belle cour de la Renaissance de cette forteresse, qui se présente avec double loggia et sur laquelle donnent des environnements de qualité avec certaines salles décorées par Giovanni Antonio de’ Sacchis dit le Pordenone (de la ville où le peintre est né probablement en 1483-84).

Ne manquez pas la visite à la chapelle de Saint François avec des fresques su Dix-Septième siècle, comprenant le Miracle de Saint François et les hirondelles, eu lieu en 1212 à Alviano. Selon les Fioretti, en effet, le Saint d’Assisi fit taire le chant des hirondelles, qui dérangeait le sermon.

Parmi les figures peintes, apparaît aussi le visage d’une femme, la commettant de ces fresques. C’est Olimpia Pamphili Maidalchini, belle-sœur du pape Innocent X, qui en 1654 acheta aux enchères le château. C’était passé que-après une étape séculaire durant laquelle en 1500 le fils de Bartolomeo, Bernardino, expert en fonderie, transforma la forteresse dans une fonderie de canons parmi les plus importantes de l’Ombrie-la famille des Alviano s’éteint par manque d’héritiers mâles en perdant la propriété.
Ensuite, pour descendance, la forteresse revint au prince don Andrea II Doria Pamphilj Landi en 1816. Aujourd’hui appartient à la Mairie.

Ce sont pages et pages d’histoire qui respirent par les murs du manoir, encore aujourd’hui cœur palpitant de la communauté. Vous en vous apercevrez en en explorant ses salles.
L’étage principal de la structure accueille l’hôtel de ville où, dans la salle du conseil, trône le tableau avec le visage de Bartolomeo, une œuvre contemporaine qui reproduite les caractéristiques réelles de notre condottiere, extraites d’une monnaie du Seizième siècle inventée par la République de Venise pour laquelle le condottiere était au service.

Au sous – sol vous pouvez visiter deux expositions: le Musée de la Vie Rurale, la terre et l’instrument, qui raconte à travers plus de mille d’objets ayant appartenu aux familles locaux entre la fin du XIX siècle et l’après – guerre, la production de vin et de l’huile, le traitement du chanvre et du blé, l’activité de pêche, le soin aux animaux de la ferme et l’élevage de bovins et de porcs; ensuite le Centre de Documentation Bartolomeo d’Alviano et Condottieres Ombriens où grâce aux outils multimédia vous pouvez retracer les tâches du grand condottiere parmi lesquels trois importantes batailles parmi la fin du Quinzième siècle et le début du Seizième siècle: Marignano, Agnadello et Garigliano.

D’une importance considérable, l’équipement typique du Condottiere, avec la reconstruction des armements et des armures de son temps.

Informations
www.castellodialviano.com 
Société coopérative Lympha, tél. + 39 333 7576283


 

Explorez les environs
Les principales attractions dans les environs