Città

Perugia


Bureau d’accueil touristique
Piazza Matteotti, 18 - Loggia dei Lanari - 06121 Perugia
info@iat.perugia.it

HISTOIRE

D’abord cité étrusque, elle fut ensuite un municipe romain florissant du nom de « Augusta Perusia ». Après la chute de l’Empire elle subit les invasions barbares et fut détruite par les Goths de Totila (547 après J.-C.). Conquise par les Byzantins, elle devint un des piliers sur lesquels ils appuyèrent leur domination contre l’expansion du Duché lombard de Spolète.

Pérouse resta byzantine jusqu’au VIIIe siècle, quand elle passa sous le pouvoir ecclésiastique et, quand en l’an Mil elle se forma en commune libre et indépendante, elle resta alliée de la papauté. Au XIVe siècle l’amitié avec l’Église de Rome se détériora irrémédiablement lorsque Pérouse détruisit Foligno, alliée du pape : à partir de cette période l’histoire de Pérouse n’est qu’une succession de luttes intestines, conjurations, trahisons et guerres, jusqu’au moment où avec le pape Paul III le contrôle de l’Église devint définitif.

Pérouse fut alors de facto privée de toute liberté et autonomie et toutes ses tentatives de se révolter contre le pouvoir pontifical furent punies avec de nouveaux massacres et de nouvelles dévastations, jusqu’à sa réunion au Royaume d’Italie en 1860.

ART ET CULTURE

Pérouse dispose d’un immense patrimoine artistique et culturel. Partout en ville et sur toutes les places on peut admirer des monuments qui témoignent une histoire, un art et une culture pluriséculaires. En commençant par l’Arc étrusque ou Arc d’Auguste, porte monumentale de l’antique enceinte de murailles étrusque restaurée par la suite à l’époque romaine, le Puits étrusque et Porta Marzia, la seconda porte monumentale étrusque, englobée dans les remparts de la Rocca Paolina, une forteresse que fit ériger le pape Paul III en 1540.

Sur la Place IV Novembre, une des plus belles d’Italie, le Palazzo dei Priori (palais des Prieurs) est un élégant édifice gothique qui abrite la Galerie nationale de l’Ombrie, où sont conservés des chefs-d’œuvre absolus de l’art italien qui vont du Moyen Âge au XVIIIe siècle : Piero della Francesca, Benozzo Gozzoli, Fra Angelico, Pinturicchio et le Pérugin, entre autres. D’autres monuments remarquables sont la Sala dei Notari (Salle des Notaires), le Collegio del Cambio (les changeurs de monnaie étaient la corporation d’arts et métiers de Pérouse), où l’on peut admirer le prestigieux cycle pictural du Pérugin, et la chapelle San Giovanni Battista (Saint Jean-Baptiste) avec des fresques du XVIe siècle, le Collegio della Mercanzia (corporation du Commerce), la cathédrale San Lorenzo avec à côté le Museo del Capitolo (Musée du Chapitre) et la superbe Fontana Maggiore (Fontaine Majeure) du XIIIe siècle, de Fra Bevignate da Perugia avec des bas-reliefs de Nicola et Giovanni Pisano.

Le Palazzo del Capitano del Popolo (palais du Capitaine du peuple) présente un intérêt tout particulier, comme du reste le Palazzo della Vecchia Università, le palais de la vieille Université qui est aujourd’hui le palais de justice ; le Palazzo Donini et le Palazzo Cesaroni, où siègent respectivement le gouvernement régional et le conseil régional de l’Ombrie ; le Palazzo della Provincia (1870) en style lombard et le Palazzo della Penna, un espace d’exposition pour les collections permanentes et des expositions temporaires. Le théâtre municipal Morlacchi (1788) et le Palazzo Gallenga- Stuart (1754), où se trouve l’Université pour étrangers sont eux aussi remarquables.

Les édifices religieux qui méritent d’être cités sont nombreux : l’abbaye de San Pietro, avec son cloître magnifique ; l’église San Domenico qui jouxte le Musée archéologique national de l’Ombrie, riche en pièces ombriennes, étrusques et romaines ; le temple de San Michele Arcangelo de plan circulaire, le complexe de San Francesco al Prato avec l’ancienne église et l’oratoire de San Bernardino et l’église San Filippo Neri ; l’église San Severo avec « La Trinité et des Saints » en partie de Raphaël et en partie du Pérugin, l’église Santa Maria Nuova avec un chœur en bois et un orgue de 1584, l’église Sant'Ercolano et l’église San Bevignate (XIIIe siècle).

Toujours en ville, le jardin botanique et le jardin médiéval, situés près de l’abbaye de San Pietro, méritent d’être visités. Et dans les environs, signalons l’hypogée des Volumni (IIe siècle avant notre ère) à Ponte San Giovanni, ainsi que la tombe et les fresques du Pérugin à Fontignano.